Partagez | .
 

 Love and war...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ordre de Merlin
(mai) Dior, j'adore !
avatar
☆ Inscription : 02/04/2013
☆ Messages : 464
☆ Célébrité : Barbara Palvin
☆ Me, myself & I : It's snowing outside !
☆ Surnom(s) : Snow, Blanche, Dior J'adore, Hélène, Victoria.
☆ Dispo : présence réduite
☆ Blaze : Madison, Madou, Mamadou, Madoudou.
☆ Crédits : Me & Myself & I
☆ Réputation : 20
☆ £ : 0
☆ Âge : 18
☆ Études : 12th, Skins party forever ♥
☆ Côté coeur : Frozen inside, without your touch, without your love, darling. Only you are the life among the dead...
☆ Profil rp : Un léopard qui recherche des amis ici.


☆ To do list : ☑️ Utiliser les toilettes des filles comme dernier échappatoire à Rusard, ☑️ Faire chier Spencer toute une journée, ☑️ Créer mon twitter, ☐ Acheter un deuxième phone, ☑️ Ruiner l'interro de Spencer.
☆ Call me maybe : il était une fois une blanche neige sans foi ni loi, qui cherchait ses nains complices pour la vie, afin de danser de ses pas excentriques sur nos futures tombes squelettiques.
MessageSujet: Love and war...   Ven 17 Mai 2013 - 18:42



    Il y a des lieux que jamais, on aurait osé franchir sans contraintes. Et cette fois la contrainte est grande pour moi. C’est avec une longue liste de devoirs que j'entre dans la bibliothèque, le visage caché par une tête de Teddy. C'est une honte pour moi d'aller ici, il faut bien se couvrir. Donc résumons, je suis ici à cause des rendez-vous avec le directeur. Ca doit faire la cinquantième fois, mais cette fois il me menace de m’exclure si je ne fais pas des efforts en acceptant tous les devoirs offerts par mes si gentils professeurs. Mon attitude est intolérable, je ne travaille pas, gniagniagnia. A l’annonce de cette nouvelle, ils n’ont pas lésiné sur les moyens, et déjà en math, j’ai une pile de choses à faire. Les maths, comment vous expliquer ? On ne s’est jamais compris, on va dire que je n’ai pas la patience de prendre le temps pour comprendre. Donc au final, je ne comprends jamais rien. Et ça me casse la tête plus qu’autre chose, car je veux le résultat sur un plateau d’argent. Je balance mon sac à main qui contient mon agenda bien remplis sur le table pour la faire mienne, sans faire attention qu’il y ait déjà quelqu’un assis à cette table. Le dégoût et la colère ont certainement été les moteurs de mon inattention. Je m’enfuis dans les étagères de livres, mes pires ennemis. J’en fais tomber un, et je m’attire les foudres de Pince qui passe en me priant de faire moins de bruits et d'enlever ce truc sur la tête. Je hausse les sourcils, d’un air, tu m’as bien vue ? Et j’essouffle un ouais, j'y penserai en lui tournant la tête. Je touche du doigt un autre livre, le prend en regardant la couverture. Ça semble utile pour m’aider dans les mathématiques.

    Je l’ouvre, et tousse quand toute la poussière se jette sur la Teddyhead, bah oui ça pénètre même à l'intérieur cette vermine. Je m’attire de nouveau les hurlements de Pince qui court de nouveau vers moi, en menaçant l’exclusion. Cette fois je l'évite du regard pour éviter de lui refaire son brushing avec ses livres remplient de saletés. J’attends qu’elle parte, en répétant des oui oui, et je repars, mes mains pleines de livres sur la table ou j’ai posé mon sac. Je laisse tous les livres s’écrouler sur la table, et je regarde du coin de l’œil la bibliothécaire, qui me fusille du regard. J’ai un sourire en coin, amusée. Je pousse la chaise, m’assois, et écroule ma tête contre mes bras, puis je repositionne ma Teddytête qui commence à s'enlever. Je fouille dans mon sac pour sortir mon agenda. Je regarde tous les devoirs, et ça me déprime. Je zappe les pages d’un livre, jusqu’à le refermer très vite en commençant à sortir mon briquet et essayer de le brûler. L’ayant noircit sans vraiment changer grand-chose, je laisse retomber ma tête sur les autres livres. Puis je lève de nouveau, le regard, et je vois qu’il y a quelqu’un près de moi. Je croise son regard, étonnée, et j’ai une soudaine envie de lui jeter un livre à la tronche. Mais je me retiens, et je tourne la tête, l'ignore.

    Puis revient encore Pince, je soupire en entendant le caniche mal peigné aboyer.

    - Vous pouvez vous faire au moins semblant de travailler ! Et cette tête ! vous êtes insupportable ! Continuez ainsi et vous irez faire un tour chez le Directeur.

    Je la regarde et hoche la tête, j'attends qu’elle ait fini en fermant les yeux, lassée, la longue litanie de la prêtresse, je baille sous la tête. Je sors une clope, et commence à l’allumer. Je crame la bouche du Teddy pour laisser entrevoir la mienne. Puis, Je croise de nouveau le regard du jeune homme en face de moi. Je ferme peu à peu mes yeux, et je détends mes lèvres pour l’envahir de fumée. Pince revient, et cette fois elle m’attrape le bras, je m’accroche à la table en criant.

    - Au secours ! une zoophile !

    La vieille pince lâche mon bras, et prend un air choquée, et elle s’écrit :

    - Je vais dire deux mots au directeur vous concernant ! c’est la fin l'oursonne !

    J’esquisse un sourire, et je murmure à la fin de sa phrase, la dame commençant à sortir en furie de la bibliothèque, mes yeux prennent une teinte rêveuse et nostalgique tandis que mes propos ont l’air sérieux et planant.

    - La fin…

    Tout du moins, jusqu’à ce que l’humour mettent un terme à mes rêveries.

    - Ça sera déjà pas dans ta poubelle de papiers recyclés.

    Je grimace, parlant toute seule. Puis je regarde de nouveau le garçon en face de moi. Le fixe du regard, j’ai envie de lui lancer un livre, mais d’un autre côté, j’ai envie de me plonger dans ses yeux pour oublier que je touche le fonds, avec comme obstacles tous ces livres et cette punition, qui me fait plus chier qu’autre chose. Soudain, j’entends l’alarme de l’école, sûrement les entraînements d'incendie. Tout le monde cours, mais je reste là, à le regarder. Si je pouvais avoir un flingue, et le pointer contre sa tempe. Je le ferai, sans hésiter. Mais avant de tirer, je lui caresserai la joue, pour enfin le tuer, et me tuer, pour tout quitter sur un signe affectueux. Et je tuerai cette réalité, pour n'y laisser qu'une preuve d'amour. Cette réalité qui me démange les mains, et souhaite atterrir contre sa tête. Je brise enfin mes rêves par un mouvement incontrôlable. Mon livre ou as-tu volé ? Je le te cherche du regard. Sur la tête du monsieur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Love and war...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
…behind the veil ❞ :: Pavillon central :: Bibliothèque-