Partagez | .
 

 Let Me Kiss Your Ass + Erza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mérite Rpgique
(mai) tema le geek !
avatar
☆ Inscription : 27/02/2013
☆ Messages : 573
☆ Célébrité : Aaron Johnson
☆ Me, myself & I : Lula S. Blake

ATTENTION ! JE SUIS ABSENTE JUSQU'AU 13 AOUT !
☆ Surnom(s) : BOT, le Geek.
☆ Dispo : présent(e)
☆ Blaze : lafosse_dupoete
☆ Crédits : episkey (avatar)
☆ Réputation : 42
☆ £ : 168
☆ Âge : dix-huit ans
☆ Études : 12th grade (MPI et sciences) et king des anonymous
☆ Côté coeur : côté quoi ?
☆ Profil rp : j'suis un bigorneau qui mute en léopard très souvent !
[2/5 rps libres]
♠️ Avec Eldrid, on aime les pelles, mais pas pour les raisons que vous croyez !
♦️ Bryn devient hyperactive
♣️ Quant à Elena ... Bah je sais toujours pas quoi penser.
♥️
+
☆ To do list :
i've got loads of things to do :
 

☆ Call me maybe : il était une fois un robot, qui cherchait des amis (ou pas) pour se faire huiler les articulations.

tu peux aussi m'appeler, ou bien mater mon blog ou encore twitter avec moi !
MessageSujet: Let Me Kiss Your Ass + Erza   Mer 1 Mai 2013 - 20:03

Erza est mon ami depuis toujours, et aujourd'hui, j'ai envie de passer du temps avec lui. Alors une fois le soir venu, avant de quitter l'école avec tout les externes, je me suis rendu a la chambre de mon ami, et j'ai frappé doucement contre le panneau de bois. J'ai entendu Erza dire un "entrez" distrait. Une fois à l'intérieur je le trouve sur son ordinateur, complètement absorbé dans ce qu'il fait. "Tu devrais arrêter un peu de bosser, ça fait des semaines que t'es pas sorti." Le voir bosser comme un malade me fait toujours halluciner. Il faut dire que depuis plusieurs années, Erza est de plus en plus asocial. J'avoue que là, il peut pas faire pire, et je suis décidé à le sortir de sa chambre, au moins pour quelques heures. Je m'assieds sur son lit et le regarde taper sur son clavier comme un dingue. Voyant qu'il n'est pas décidé à décoller de sa chaise avant d'avoir été convaincu par des arguments convaincants. Le souci, c'est que là, maintenant, des arguments, j'en manque. Alors je retire mes pompes et ramène mes jambes contre moi. Je ferme les yeux un instant avant de les rouvrir, et de fouiller dans ma poche pour y trouver mes cigarettes. Je me relève et entrouvre la fenêtre avant d'allumer une clope. Erza continue à taper sur son clavier, imperturbable. Qu'est-ce qu'il peut bien faire, bon-sang ? J'ai l'impression de le revoir dans la même situation qu'il y a quelques années. A ce moment, un mec l'avait engagé pour un boulot sur du long terme. Pourtant, même si le boulot semblait pas trop chiant, Erza était complètement flippé. C'est quand j'ai découvert que son "employeur" le menaçait de toutes sortes de tortures abominables comme casser son ordinateur ou ses dents, que j'ai commencé à flipper pour mon pote. Même si à l'époque, on était en de mauvais termes, j'ai décidé de l'aider. En fait je pensais pas une seconde le laisser se débrouiller seul. Pourquoi j'aurais fait ça alors que lui et moi, on avait tant partagé ? Je me voyais mal faire autrement que le sortir de ce pétrin et je l'ai fait. J'ai remué ciel et terre pour qu'il finisse le boulot en temps et en heure, et pour que le mec soit content de ce qu'il a eu.

Je pensais à cette histoire en regardant mon ami, sans rien dire. Soudain, j'ai eu vraiment envie de le sortir de cette chambre et de l'embarquer en ville, pour aller manger n'importe quoi, rentrer chez moi regarder un DVD et escalader le mur du lycée pour rentrer comme on le faisait avant. Intrigué, je ferme la fenêtre après avoir écrasé ma cigarette, et me penche par dessus l'épaule d'Erza. Après quelques instants je repère une erreur dans son travail. Il est en train de coder un site internet pour une entreprise quelconque. "Tiens, regarde. Là tu t'es trompé de balise." Je lui montre son erreur et il la corrige. "Vraiment ... Tu veux pas t'arrêter cinq minutes ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ Inscription : 25/03/2013
☆ Messages : 270
☆ Célébrité : Andrew Garfield.
☆ Me, myself & I : None.
☆ Surnom(s) : Aucun.
☆ Dispo : présent(e)
☆ Blaze : LB.
☆ Crédits : avatar © goldcrest. • signature © tumblr.
☆ Réputation : 14
☆ £ : 534
☆ Âge : 18 yo.
☆ Études : 12th ; STAPS et MPI.
☆ Côté coeur : Aussi vide que le néant.
☆ Profil rp : J'vais au feeling.
☆ To do list :
Spoiler:
 

☆ Call me maybe : il était une fois un geek misanthrope, qui essaya de se sociabiliser en papotant avec des gens... en vain.
MessageSujet: Re: Let Me Kiss Your Ass + Erza   Dim 12 Mai 2013 - 10:00

« Tu devrais arrêter un peu de bosser, ça fait des semaines que t’es pas sorti. » Erza était du genre a resté figer sur une même activité pendant des jours sans s’en rendre compte. Sa capacité à se mettre dans un état léthargique de concentration avancée le rendait asocial. Bien que ça n’ait jamais été un problème en soi, c’est plutôt à Terry que cela en causait. Erza avait depuis quelques jours fuit chacun de ses sms/appels pour une raison qu’il ne daignait pas donner. La solitude n’était et restera sa grande amie, car même si Terry semblait n’être que son seul véritable ami, Erza savait combien l’attachement aux gens qu’on aimait, finissait par être à double tranchant. Et cette lame-ci, il n’y goûterait pas encore. « Tiens, regarde. Là, tu t’es trompé de balise. » Il soupire, agacé. Machinalement, il corrige l’erreur que Terry lui a fait remarquer avant de se replonger dans son travail. Ses chiffres. Ses lettres. Ses équations. Ses phrases qui s’entrechoquent dans sa tête reposaient son esprit, comme dans un autre monde, ailleurs. « Vraiment… tu veux pas t’arrêter cinq minutes ? » Erza lui était redevable, de beaucoup de choses, mais il avait besoin de son espace vital. Besoin de respirer, de sa solitude pour se remettre en question. Et même si les intentions de Terry étaient louables, rien ne devait venir forcer la main à Erza. « Tu veux quoi putain Terry ? Tu ne peux pas me fiche un peu la paix ? Et si c’est pour sortir, no way. Je reste dans ma piaule à me cramer la rétine devant mon écran. » L’interrompre avait sans doute été la pire chose qu’il venait de faire, car concentrer de cette façon, c’était la seule chose capable de le calmer. À peu près du moins.

« Je sais que je te suis redevable toussa toussa. Mais c’est bon, cesse de me materner. Je n’ai plus cinq ans et je suis sûr que t’as mieux à foutre. Et je t’ai déjà dit de ne pas FUMER dans ma chambre ! » Il n’avait pas détaché son regard de son écran. Et il s’était encore moins retourné vers Terry pour lui parler. Sa fierté et son orgueil étaient sans doute ce qui le rendait si teigneux et si peu loquace. Tout le monde connaissait son humeur ô combien dévastatrice et ô combien exécrable. Il n’était rien d’autre qu’un enfant qui avait fini par grandir trop tôt. Trop vite. Qui avait été obligé d’affronter la vie et ses méfaits. Mais il finissait toujours par en faire abstraction. Car si la vie ne l’avait pas choyé comme d’autre, Erza s’était fait une promesse. Il se vengerait de ses gosses de riche qui croyaient que tout leur étaient acquis. La vie, les gens, les privilèges, car rien ne l’était vraiment. « Terry, tu bouges de ma chambre ou c’est moi qui te bouge bordel ? Je fais un programme super important là ! » Cependant, il se doutait que Terry n’allait pas lâcher aussi facilement l’affaire. De toute évidence, c’était même peine perdue.
#37AB90 → la couleur d'Erza xD (et encore une fois, désolée pour le retard ><)


❝ don't look ahead, there's a stormy weather. another roadblock in our way. but if we go, we go together. our hands are tied here if we stay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mérite Rpgique
(mai) tema le geek !
avatar
☆ Inscription : 27/02/2013
☆ Messages : 573
☆ Célébrité : Aaron Johnson
☆ Me, myself & I : Lula S. Blake

ATTENTION ! JE SUIS ABSENTE JUSQU'AU 13 AOUT !
☆ Surnom(s) : BOT, le Geek.
☆ Dispo : présent(e)
☆ Blaze : lafosse_dupoete
☆ Crédits : episkey (avatar)
☆ Réputation : 42
☆ £ : 168
☆ Âge : dix-huit ans
☆ Études : 12th grade (MPI et sciences) et king des anonymous
☆ Côté coeur : côté quoi ?
☆ Profil rp : j'suis un bigorneau qui mute en léopard très souvent !
[2/5 rps libres]
♠️ Avec Eldrid, on aime les pelles, mais pas pour les raisons que vous croyez !
♦️ Bryn devient hyperactive
♣️ Quant à Elena ... Bah je sais toujours pas quoi penser.
♥️
+
☆ To do list :
i've got loads of things to do :
 

☆ Call me maybe : il était une fois un robot, qui cherchait des amis (ou pas) pour se faire huiler les articulations.

tu peux aussi m'appeler, ou bien mater mon blog ou encore twitter avec moi !
MessageSujet: Re: Let Me Kiss Your Ass + Erza   Lun 20 Mai 2013 - 14:25

« Tu veux quoi putain Terry ? Tu ne peux pas me fiche un peu la paix ? Et si c’est pour sortir, no way. Je reste dans ma piaule à me cramer la rétine devant mon écran. » OK. Il est vraiment pas de bonne humeur. Pour le coup ça me met de mauvaise humeur aussi, et je commence à fulminer en tirant comme un taré sur ma clope. « Je sais que je te suis redevable toussa toussa. Mais c’est bon, cesse de me materner. Je n’ai plus cinq ans et je suis sûr que t’as mieux à foutre. Et je t’ai déjà dit de ne pas FUMER dans ma chambre ! » Comment ça, je le materne ? Rageur, j'écrase ma cigarette sur le bord de la fenêtre, tourne en rond deux minutes dans sa chambre, sans rien dire, et puis finit par m'en rallumer une. « Terry, tu bouges de ma chambre ou c’est moi qui te bouge bordel ? Je fais un programme super important là ! » Un moment, j’hésite. Je pourrais effectivement le laisser là, en train de se transformer en lama asocial tout rouillé. « Et ton programme, c’est qui qui va regarder si t’as pas fait d’erreur ? Enfin je dis ça, c’est pour toi. J’imagine que tu as encore donné un délai trop court, à en juger par l’état dans lequel toi et ta chambre vous êtes. » J’ai ce putain de goût amer dans la bouche, celui que j’ai quand je suis énervé. J’ai pas envie que mon ami recommence à sombrer dans des histoires sordides comme avant. J’ai pas forcément envie d’avoir à refaire ce que j’avais fait il n’y a pas si longtemps : passer des heures dans la chambre d’Erza à bosser sur un programme dont je ne toucherais aucun profit, tout en ayant à supporter les sautes d’humeur de mon pote. Rien que d’imaginer la scène, j’en ai des frissons. J’aime pas travailler sous la pression. Enfin, pas quand je suis menacé de mort ou de quoi que ce soit de proprement menaçant. J’imagine que j’ai qu’une solution pour botter les fesses d’Erza … « Redevable … Un peu que tu m’es redevable, ouais ! Tu sais au moins ce que ça veut dire ? Je te rappelle qu’on est censés être … amis. Enfin, en gros, parce que là, j’ai plutôt envie de te faire un dentier avec les touches de ton ordinateur, tu vois. Sérieusement, si tu sors pas, ton cerveau va exploser, tu pourras plus rien faire et je parie que le mec qui veut ce programme enverra des zombies pour t’arracher les yeux. » Je prends ses épaules et le secoue, histoire l’énerver un peu plus. Je risque peut-être de me prendre un crochet du droit, mais je m’en fous. Il s’agit de mon ami. Depuis trop longtemps, il est devenu réellement asocial, et le faire sortir de sa piaule autrement que par la force est devenu mission impossible. J’ai beau être le geek de service, je n’en deviens pas un no life. J’essaie de sortir un minimum, parce qu’a un moment, rester enfermé devient trop insupportable et que je suis à deux doigts de me frapper le front sur le bureau. « Tu sais quoi ? T’es bien le mec le plus gueudin que je connaisse. Mais SORS bon sang ! » Je soupire, passe ma main sur mon visage et écrase ma clope sur le bord de la fenêtre. Je prends une chaise et m’assieds à califourchon dessus. « Erza … Tu crois que tu vas être productif encore longtemps ? Personellement, ça m’étonnerait. S’il te plait, viens avec moi ce soir, je t’emmènes à la maison. Tu pourras prendre ton ordinateur, si tu veux. J’ai … j’ai fait des pancakes. » Mes pancakes sont mythiques, ils font craquer tout le monde, sans exception. Personne ne peut y résister.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ Inscription : 25/03/2013
☆ Messages : 270
☆ Célébrité : Andrew Garfield.
☆ Me, myself & I : None.
☆ Surnom(s) : Aucun.
☆ Dispo : présent(e)
☆ Blaze : LB.
☆ Crédits : avatar © goldcrest. • signature © tumblr.
☆ Réputation : 14
☆ £ : 534
☆ Âge : 18 yo.
☆ Études : 12th ; STAPS et MPI.
☆ Côté coeur : Aussi vide que le néant.
☆ Profil rp : J'vais au feeling.
☆ To do list :
Spoiler:
 

☆ Call me maybe : il était une fois un geek misanthrope, qui essaya de se sociabiliser en papotant avec des gens... en vain.
MessageSujet: Re: Let Me Kiss Your Ass + Erza   Jeu 23 Mai 2013 - 11:39

« Erza… tu crois que tu vas être productif encore longtemps ? Personnellement, ça m’étonnerait. S’il te plaît, viens avec moi ce soir, je t’emmène à la maison. Tu pourras prendre ton ordinateur, si tu veux. J’ai… j’ai fait des pancakes. » Avec des pancakes ? Il pensait réellement pouvoir l’amadouer avec des pancakes ? Terry avait beau faire d’excellents pancakes, il n’en restait pas moins un petit emmerdeur qui finissait à force par lui pourrir la vie. Mais c’était au fond son seul véritable ami et par peur – étrangement – de se retrouver seul, Erza paniquait. Il ne pouvait cependant pas abdiquer aussi facilement. Il avait deux vies bien distinctes et l’une d’entre elles devaient rester sous silence, car son propre équilibre en devenait menacer. Terry, malgré des efforts ô combien merveilleux et admiratifs, Erza refusait de le voir en faire parti. C’était son monde, ses problèmes, ses emmerdes, son caractère et sa noirceur. Il pouvait comprendre sa quiétude, mais pas de manière aussi exponentielle. Pas de manière aussi acharnée et étouffante. « La seule chose que je veux, c’est rester dans mon cocon, m’étouffer dans ma salive tellement je serais déchiré et que tu me fiches la paix ! Tu m’étouffes TERRY ! TU. M’ÉTOUFFES ! » Les mots étaient partis sans qu’il ne puisse les contrôler et bien malgré lui. Mais il les gardait sûrement depuis trop longtemps en lui. Il ne voulait pas être obligé d’en venir aux mains, de devoir lui faire du mal, physiquement, pour qu’il comprenne. Non, la seule chose qu’il voulait, c’était qu’on le laisse crever dans son coin. En paix. Cela n’était pourtant pas si difficile. Si ? « T’es pas ma mère. Ma mère est déjà assez barge comme ça, je n’ai pas besoin de quelqu’un dans ma vie pour la remplacer alors que j’ai passé mon temps à la fuir ! J’ai… besoin de ma solitude pour mieux revenir et tu le sais. Alors ne m’oblige pas à dire des mots que je vais ensuite regretter. » Des regrets, il en avait suffisamment pour ne pas avoir à en porter d’autres encore plus lourds. Plus douloureux. Mais au fond il savait que même s’il se disputait avec Terry, tous deux finiraient par revenir vers l’autre comme si rien – ou presque – ne s’était passé. Ils étaient un peu le feu et la glace. Terry, toujours bout en train, Erza, le petit réservé toujours sarcastique et abject. Deux caractères si opposés qui ont fait d’eux au final des meilleurs amis. Ironiquement, ils se complétaient, sans réellement le comprendre, car bien trop différents, incompatibles même d’après certains professeurs. Mais si surprenants dans leur façon de s’allier. « Écoute, je ne me suis pas fourré dans une emmerde encore une fois. C’est juste un devoir que je dois rendre. Et il compte pour ma moyenne. Je ne peux pas me permettre de foirer, pas après tous les efforts que j’ai fait pour que ça marche. Tu le sais en plus. Tu sais combien j’ai galéré pour entrer ici, même si ma particularité a beaucoup joué. Tu sais que je ne suis pas comme Malfoy et sa petite bande d’égocentrique. Que j’ai toujours tout fait à la sueur de mon front. Alors s’il te plait Terry, fiche-moi la paix pour l’amour de Dieu et laisse-moi faire ce que je dois faire. Je t’en prie. » C’était la seule et unique fois qu’il s’était tourné vers lui durant toute leur discussion, depuis le début. Son regard, vide, n’exprimait rien d’autre que de la détermination. L’envie de réussir à tout prix. Comme s’il avait lui aussi quelque chose à prouver. À tous ces gosses de riches nés avec une cuillère en argent dans la bouche. Ça n’était pourtant pas de la jalousie. Juste sûrement une question de fierté. De fierté froissée, un manque de chance et de peau. Ou la vie qui l’a blasé. Sûrement.


❝ don't look ahead, there's a stormy weather. another roadblock in our way. but if we go, we go together. our hands are tied here if we stay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mérite Rpgique
(mai) tema le geek !
avatar
☆ Inscription : 27/02/2013
☆ Messages : 573
☆ Célébrité : Aaron Johnson
☆ Me, myself & I : Lula S. Blake

ATTENTION ! JE SUIS ABSENTE JUSQU'AU 13 AOUT !
☆ Surnom(s) : BOT, le Geek.
☆ Dispo : présent(e)
☆ Blaze : lafosse_dupoete
☆ Crédits : episkey (avatar)
☆ Réputation : 42
☆ £ : 168
☆ Âge : dix-huit ans
☆ Études : 12th grade (MPI et sciences) et king des anonymous
☆ Côté coeur : côté quoi ?
☆ Profil rp : j'suis un bigorneau qui mute en léopard très souvent !
[2/5 rps libres]
♠️ Avec Eldrid, on aime les pelles, mais pas pour les raisons que vous croyez !
♦️ Bryn devient hyperactive
♣️ Quant à Elena ... Bah je sais toujours pas quoi penser.
♥️
+
☆ To do list :
i've got loads of things to do :
 

☆ Call me maybe : il était une fois un robot, qui cherchait des amis (ou pas) pour se faire huiler les articulations.

tu peux aussi m'appeler, ou bien mater mon blog ou encore twitter avec moi !
MessageSujet: Re: Let Me Kiss Your Ass + Erza   Mer 29 Mai 2013 - 10:44

« Écoute, je ne me suis pas fourré dans une emmerde encore une fois. C’est juste un devoir que je dois rendre. Et il compte pour ma moyenne. Je ne peux pas me permettre de foirer, pas après tous les efforts que j’ai fait pour que ça marche. Tu le sais en plus. Tu sais combien j’ai galéré pour entrer ici, même si ma particularité a beaucoup joué. Tu sais que je ne suis pas comme Malefoy et sa petite bande d’égocentrique. Que j’ai toujours tout fait à la sueur de mon front. Alors s’il te plait Terry, fiche-moi la paix pour l’amour de Dieu et laisse-moi faire ce que je dois faire. Je t’en prie. » C'est un peu les mots de trop, car cela fait bien cinq minutes que je bouillonne. Je tente de me contenir, mais voilà, je sens que je vais atteindre mes limites. Inévitablement, la colère finit par se déverser, comme un torrent amer. « Mais c’est pas vrai, bordel ! Tu me traites comme une merde, vraiment ! Quand je pense que je me suis toujours démené pour toi, parce que je te considère comme mon ami ! Et toi ! Toi tu n’es même pas capable de faire un effort pour moi ! Sincèrement, tu crois que je te considérerais encore comme quelqu’un d’estimable ? Mais tu te fourres le doigt dans l’œil mon coco ! Tu sais quoi ? Ne me parle même plus, je veux même plus savoir que t’existes. » Sans attendre, j’écrase ma cigarette sur son bureau, en y laissant une trace magnifique, puis je sors en trombe de sa chambre sans manquer de claquer la porte dans un grand fracas. Je me fous de déranger qui que ce soit, ma colère me semble plus importante que tout le reste. Je suis vexé, blessé et triste. Triste, surtout parce que je sais très bien que dans cette histoire, j’ai un peu tort. Je n’aurais peut-être pas dû insister, le laisser là, tout seul, comme il le souhaitait. Enfin, je reste Terry le borné, le mec qui n’abandonne jamais, qui ne lâche rien, même si son honneur est en danger. Toutes ces histoires avec Say le prouvent. Maintenant, je ne sais même plus quoi faire, je me sens paumé. J’ai jamais trop aimé les disputes – enfin, je ne crois pas que qui ce soit n’aime ça - et elles m’ont toujours mises dans un état second. Je ne sais pas pourquoi, je repense à un roman français qu’on m’a obligé à lire, et que, Ô miracle, j’ai apprécié. Ce bouquin s’appelait L’étranger et l’auteur – ce fou ! – avait pour nom Albert Camus. En ce moment précis, j’ai l’impression d’être aussi indifférent et détaché de la réalité que le personnage principal du livre. Sauf qu’ici, il n’y a pas de soleil assommant, ni de désert. On est loin de l’Algérie, et je ne risque pas de tuer qui que ce soit. Je marche jusqu’au bord de la forêt Interdite et vais m’asseoir contre un arbre. Je crois bien que ce fameux arbre a subi toutes mes déprimes et mes colères. Je venais souvent ici pendant un moment, mais depuis un peu plus d’un an, les choses ont changé. Fini le Terry effacé du début du lycée, bonjour le Terry hyperactif qui est partout et nulle part à la fois. Je pose la tête contre le tronc de l’arbre et scrute le bâtiment en face de moi. Je sais que de sa fenêtre, Erza peut m’apercevoir. On se faisait des signaux de lumière avant, quand je l’embarquais dans des virées nocturnes avec moi – ce qui était très rare, étant donné qu’il était déjà distant a cette époque. Je sors mon portable et lui envoie un mail. Je suis désolé, Erza. J'attends quelques minutes, puis en envoie un autre. Tu sais où je suis, alors viens, juste quelques minutes. S'il-te-plaît ... Tu me manques, ça me manque, nos moments ensembles. Viens, je t'en prie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ Inscription : 25/03/2013
☆ Messages : 270
☆ Célébrité : Andrew Garfield.
☆ Me, myself & I : None.
☆ Surnom(s) : Aucun.
☆ Dispo : présent(e)
☆ Blaze : LB.
☆ Crédits : avatar © goldcrest. • signature © tumblr.
☆ Réputation : 14
☆ £ : 534
☆ Âge : 18 yo.
☆ Études : 12th ; STAPS et MPI.
☆ Côté coeur : Aussi vide que le néant.
☆ Profil rp : J'vais au feeling.
☆ To do list :
Spoiler:
 

☆ Call me maybe : il était une fois un geek misanthrope, qui essaya de se sociabiliser en papotant avec des gens... en vain.
MessageSujet: Re: Let Me Kiss Your Ass + Erza   Ven 31 Mai 2013 - 9:32

« Mais c’est pas vrai, bordel ! Tu me traites comme une merde, vraiment ! Quand je pense que je me suis toujours démené pour toi, parce que je te considère comme mon ami ! Et toi ! Toi tu n’es même pas capable de faire un effort pour moi ! Sincèrement, tu crois que je te considérerais encore comme quelqu’un d’estimable ? Mais tu te fourres le doigt dans l’œil mon coco ! Tu sais quoi ? Ne me parle même plus, je veux même plus savoir que t’existes. » Encore une fois, Erza était allé trop loin. Encore une fois, il avait poussé Terry à bout, comme il savait si bien le faire. Erza savait au fond de lui que Terry n’était en rien son bouc émissaire, et encore moins son défouloir. Mais c’était plus fort que lui. Sans doute parce qu’après autant d’années, il avait été le seul à le canaliser, à savoir le gérer dans ces crises ô combien dévastatrices. Terry était le seul à l’avoir vu si bas. Bien plus bas que terre et l’envie de le protéger était bien évidemment, venue de manière naturelle. Mais cette surveillance et cette protection quasi omniprésente devenait un peu trop pesante pour Erza qui voulait parfois vivre sa vie sans personne au milieu. Sans personne pour lui dire quoi faire et comment. Sa mère lui avait tellement empoisonné la vie, tellement brisé les peu de chance qu’il avait d’avoir une vie sociale convenable, que la barrière qu’il mettait entre lui et l’extérieure était quasiment impénétrable.

Ce n’est qu’en recevant un premier sms de Terry quelques minutes plus tard qu’Erza daigne sortir de sa torpeur. « Je suis désolé, Erza. » Puis suivit d’un deuxième. « Tu sais où je suis, alors viens, juste quelques minutes. S’il te plaît… tu me manques, ça me manque, nos moments ensembles. Viens je t’en prie. » Il posa violemment son portable sur le bureau et se tourna vers le reste de sa chambre. Soudainement, il réalisait ce qu’il avait fait, réellement. Son comportement avec Terry, sa vie si détruite, son âme si fissurée, ses souvenirs si amers de cette existence solitaire. A toujours rejeté autrui parce que c’était plus facile que de s’attacher et de souffrir de la déception. Il préférait de loin être seul, sans contrainte, sans attache, sans les autres. De cette façon, il n’attendait rien d’autrui et eux n’attendaient rien de lui. À charge de revanche un peu. Mais par fierté, il ne renverra pas de sms à Terry. Pour aujourd’hui, il lui fallait digérer sa propre colère, ses propres sautes d’humeurs. Sa déchéance un peu plus profonde, chaque jour. Il s’enfonçait dans les ténèbres, noires et pernicieuses. Dans un étau si réconfortant qu’il semblait connaître si bien. Il s’y sentait chez lui, comme un petit louveteau abandonné sur le bas de la route. C’était son monde, sa vie et rien d’autre ne comptait à part ça. Mais Terry, pour éviter qu’il ne soit un dommage collatéral à son tour dans son ambition, il refusait qu’il n’y soit mêlé. Ça serait lui et personne d’autre. Tel était sa volonté propre.


❝ don't look ahead, there's a stormy weather. another roadblock in our way. but if we go, we go together. our hands are tied here if we stay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mérite Rpgique
(mai) tema le geek !
avatar
☆ Inscription : 27/02/2013
☆ Messages : 573
☆ Célébrité : Aaron Johnson
☆ Me, myself & I : Lula S. Blake

ATTENTION ! JE SUIS ABSENTE JUSQU'AU 13 AOUT !
☆ Surnom(s) : BOT, le Geek.
☆ Dispo : présent(e)
☆ Blaze : lafosse_dupoete
☆ Crédits : episkey (avatar)
☆ Réputation : 42
☆ £ : 168
☆ Âge : dix-huit ans
☆ Études : 12th grade (MPI et sciences) et king des anonymous
☆ Côté coeur : côté quoi ?
☆ Profil rp : j'suis un bigorneau qui mute en léopard très souvent !
[2/5 rps libres]
♠️ Avec Eldrid, on aime les pelles, mais pas pour les raisons que vous croyez !
♦️ Bryn devient hyperactive
♣️ Quant à Elena ... Bah je sais toujours pas quoi penser.
♥️
+
☆ To do list :
i've got loads of things to do :
 

☆ Call me maybe : il était une fois un robot, qui cherchait des amis (ou pas) pour se faire huiler les articulations.

tu peux aussi m'appeler, ou bien mater mon blog ou encore twitter avec moi !
MessageSujet: Re: Let Me Kiss Your Ass + Erza   Lun 10 Juin 2013 - 17:48

La cloche à sonné, et il faut bien que j'aille en cours. Je me relève, grimace à cause de la douleur que cela m'occasionne. Cela doit bien faire une demi-heure que j'attends. J'ai compris rapidement qu'il ne viendrait pas, mais Terry Boot est obstiné, c'est bien connu. Je ramasse mon sac et me dirige, à contrecœur vers le pavillon Lasornette. Pendant les cours, je ne cesse de repenser à ce qu'Erza m'a dit, et la tristesse s'insinue en moi, lentement, mais sûrement. Je sais pertinemment que c'est ce qu'Erza cherche à éviter, les dommages collatéraux, mais il reste mon ami. Je suis un peu du genre Marines hollywoodiens, quand il s'agit des amis. "On n'abandonne pas un camarade" qu'ils disent. Je prends donc la décision d'aller parler à Erza après les cours. Du moins, d'essayer de lui parler.

Le ciel devient gris, les nuages s'accumulent et il finit par pleuvoir. Les heures passent et la pluie ne cesse de tomber. On dirait qu'on vient de transposer mon humeur sur le temps. Les cours finissent enfin, et j'hésite une seconde avant de me décider. Je prends la direction du pavillon central, monte les escaliers et marche quelques instants dans les couloirs avant de m'arrêter devant une porte. J'écoute. J'entends le cliquetis que fait le clavier de l'ordinateur d'Erza. Je sais que c'est lui parce qu'il tape toujours très vite, comme si sa vie en dépendait. Du moins, c'est l'impression que j'en ai. Je n'ose même pas frapper à la porte, sachant déjà quelle sera la réponse. Le silence envahit complètement les dortoirs, ce qui est assez rare, en réalité. J'ai peur que mon ami se rende compte de ma présence, et qu'il me chasse. Je n'ai pas vraiment le droit d'être ici, mais je m'en fous un peu, ce n'est pas la première fois que je me retrouverais dans les couloirs de Poudlard en pleine nuit. Le plus doucement possible, je m'accroupis et m'assieds par terre, la tête adossée à la porte. Les minutes passent. Une heure passe, puis deux. Je sens que mes jambes s'engourdissent. Alors, en essayant d'être de nouveau le plus discret possible, je me relève. J'ai jamais dû être très doué en ce qui concerne la discrétion. Mes articulations craquent et je laisse échapper un « ouille » un tout petit peu trop sonore. Le bruit du clavier s'arrête. Je m'immobilise et laisse quelques minutes passer, jusqu'à ce que le bruit reprenne. Je me retiens de soupirer, et m'apprête partir, en étant cette fois vraiment discret. Ce n'est pas sans compter sur mon sac de cours qui se trouve dans la trajectoire de mes pieds ! Je m'étale de tout mon long dans le couloir, provoquant un fracas inouï qui, assurément, devrait réveiller tout l’internat. La porte juste à côté de moi s'ouvre et je ne réfléchis plus, je détale. Je me sens fautif, sans vraiment savoir pourquoi. Je laisse mon sac en plan, trop occupé à courir le plus vite possible. Dehors il pleut toujours, et je n'ai pas fait deux mètres que je suis déjà trempé jusqu'aux os. Je continue à courir jusqu'à l'arbre, celui d'où je peux voir la fenêtre de la chambre d'Erza. Je m'arrête, sors mon téléphone et compose le numéro. Une tonalité, deux, trois, quatre ... Il décroche. Cela relève du miracle. « Tu pourras toujours essayer de m'éloigner de toi, tu es mon ami, Erza. Je serais toujours là, dans l'ombre, prêt à t'aider. Que tu le veuilles ou non. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ Inscription : 25/03/2013
☆ Messages : 270
☆ Célébrité : Andrew Garfield.
☆ Me, myself & I : None.
☆ Surnom(s) : Aucun.
☆ Dispo : présent(e)
☆ Blaze : LB.
☆ Crédits : avatar © goldcrest. • signature © tumblr.
☆ Réputation : 14
☆ £ : 534
☆ Âge : 18 yo.
☆ Études : 12th ; STAPS et MPI.
☆ Côté coeur : Aussi vide que le néant.
☆ Profil rp : J'vais au feeling.
☆ To do list :
Spoiler:
 

☆ Call me maybe : il était une fois un geek misanthrope, qui essaya de se sociabiliser en papotant avec des gens... en vain.
MessageSujet: Re: Let Me Kiss Your Ass + Erza   Mer 12 Juin 2013 - 14:38

Ses nerfs avaient lâché, littéralement. Il se retrouva à foutre en l’air la quasi-totalité de sa chambre dans une crise de colère incontrôlable. Et lorsque, enfin, il crut sa haine contre lui-même rassasiée, à ce moment précis, son téléphone sonna. « Tu pourras toujours essayer de m’éloigner de toi, tu es mon ami, Erza. Je serais toujours là, dans l’ombre, prêt à t’aider. Que tu le veuilles ou non. » Jusqu’à ce que la mort nous sépare, blablabla. Pourtant, il se taisait, n’osant rien répliquer. Et encore sous le choc, l’air lui manqua. Il s’assit dans un coin de la chambre, les jambes recroquevillées contre sa poitrine, essayant tant bien que mal de se calmer. Il était à deux doigts de se mutiler, de s’écorcher pour se vider, d’en finir. Mais la possibilité d’être égoïste et lâche lui traversa l’esprit s’il venait à le faire. Alors non, il ne donnerait pas raison à ses foutus gosses de riche qui se croyaient tout permis. Il se le refusait, catégoriquement. « Pour ton bien Terry, fiche-moi la paix. Pendant un petit moment. J’ai besoin de rester seul et au calme. Et t’as d’autres choses à foutre que de t’occuper de moi. On le sait très bien tous les deux. Tu n’es pas mon père, je ne suis pas ton gosse, on en reste là. Pour le moment. Je t’en prie. J’ai besoin de souffler et de me retrouver. » Et c’était peu de le dire.

Trop de choses lui étaient tombées dessus d’un coup. Les exams, cette histoire avec un ancien client, Susan, son cœur rafistolé qui semblait lui jouer des tours. Non, il ne supporta pas la pression, pas de manière aussi forte du moins. C’est pourquoi il se laissa envahir par le regret pour ne former qu’un avec elle, jusqu’à qu’elle s’en aille, qu’elle s’évapore pour qu’il soit tranquille. Terry… il refusa que Terry soit là, encore une fois pour lui prouver que seul il ne pouvait pas se débrouiller. Et il avait besoin de se prouver que de toute évidence, sans Terry, il pouvait le faire. Il ne devait rien à personne. À part… à lui-même. Et cela était déjà trop. « Pardonne-moi Terry. Mais je ne veux pas t’entraîner dans ma chute. Avec moi. Tu mérites mieux que tout ça. Que tout ce que je t’ai infligé. » Et il raccrocha, sèchement, jetant son portable contre le mur. Celui-ci explosa en un millier de morceaux sous le choc frontal du jet. Erza croisa par la suite ses bras sur ses genoux et se mit à pleurer, se maudissant intérieurement de rejeter le monde autour de lui qui voulait l’aider. Mais c’était le prix à payer, son petit fardeau pour ne pas avoir à les blesser. Car il se connaissait mieux que quiconque. Lui seul était responsable de ce qu’il faisait et de ses actes, lui seul devait en assumer les lourdes conséquences.

Il se reprit au bout de quelques minutes, prit son sac sur son épaule et quitta sa chambre en claquant bruyamment la porte. Les yeux rouges à cause des larmes, il baissa la tête en priant que Nott et sa bande ne le voient pas. D’un pas pressé, il sortit de Poudlard et regarda à sa gauche, puis à sa droite. Il voulait partir, loin. Sans personne, sans remord, sans rien d’autre que lui-même. Jusqu’à demain, cela serait suffisant.

Spoiler:
 


❝ don't look ahead, there's a stormy weather. another roadblock in our way. but if we go, we go together. our hands are tied here if we stay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mérite Rpgique
(mai) tema le geek !
avatar
☆ Inscription : 27/02/2013
☆ Messages : 573
☆ Célébrité : Aaron Johnson
☆ Me, myself & I : Lula S. Blake

ATTENTION ! JE SUIS ABSENTE JUSQU'AU 13 AOUT !
☆ Surnom(s) : BOT, le Geek.
☆ Dispo : présent(e)
☆ Blaze : lafosse_dupoete
☆ Crédits : episkey (avatar)
☆ Réputation : 42
☆ £ : 168
☆ Âge : dix-huit ans
☆ Études : 12th grade (MPI et sciences) et king des anonymous
☆ Côté coeur : côté quoi ?
☆ Profil rp : j'suis un bigorneau qui mute en léopard très souvent !
[2/5 rps libres]
♠️ Avec Eldrid, on aime les pelles, mais pas pour les raisons que vous croyez !
♦️ Bryn devient hyperactive
♣️ Quant à Elena ... Bah je sais toujours pas quoi penser.
♥️
+
☆ To do list :
i've got loads of things to do :
 

☆ Call me maybe : il était une fois un robot, qui cherchait des amis (ou pas) pour se faire huiler les articulations.

tu peux aussi m'appeler, ou bien mater mon blog ou encore twitter avec moi !
MessageSujet: Re: Let Me Kiss Your Ass + Erza   Dim 23 Juin 2013 - 8:37

Je me sens con. Vraiment con. Tandis qu'Erza m'explique pourquoi je devrais le laisser, je sens des larmes, des putain de larmes couler sur mes joues. Merde, c'est quoi ce bordel ? Pourquoi je chiale, moi ? Bip. Ca coupe. Il a raccroché. Fait chier. Je me retrouve comme un con, un vrai con, tout seul sous la pluie. Je regarde mon portable. Il prend l'eau, alors je le mets dans ma poche.  « ET MERDE ! » Forcément, qu'est ce qu'Erza aurait pu faire d'autre ? Quand il s'agit d'Erza, tout part toujours en sucette, à chaque fois. Je fais les cents pas, tourne en rond comme un lion en cage, et finit par m'éclater le poing sur l'arbre. Au moins je ne pleurerais pas pour Erza. Ça fait mal. Je regarde la fenêtre de sa chambre, espérant le voir me faire un signe. Que dalle. La lumière est certes allumée, mais il n'y a aucun signe de vie de la part de mon ... de mon quoi ? Mon ami ? Je ne sais même plus.
Alors je m'en vais. Je cours d'un rythme régulier jusqu'à la sortie de Poudlard, et m'arrête une fois que je suis à l'abri des regards, dans l'ombre au bord de la route qui longe les limites du lycée. Il me faut un peut de temps pour reprendre mon souffle, et ce n'est que lorsque ma respiration s'est calmée que je le vois. Erza. Il a prit son sac, et il s'apprête à traverser la route. Le manque de lumière ne me permet pas de voir son visage de façon nette. Le temps s'arrête. Dans ma tête, totu se bouscule. Je pourrais aller le voir, lui dire que non, je ne le laisserais pas. Je pourrais l'embarquer avec moi dans un des restaurants ouverts toute la nuit, à Édimbourg. Je pourrais lui dire de venir avec moi à la maison, et lui dire qu'on jouerait à un jeu vidéo pourri avant de se décider à parler. Mais si je le peux ... Je n'en fais rien. Je sais déjà que ça ne servirait à rien, qu'il ne m'écoutera pas. Pour la première fois depuis très longtemps, Terry Boot abandonne. Je regarde Erza s'éloigner sur la route, et je ne bouge pas. Il doit bien se passer une demi-heure avant que je ne me lève, que je rejoigne ma voiture. En roulant, j’aperçois sa silhouette sur la route. Le garçon ne se retourne pas. Je ralentis, beaucoup trop, en passant à sa hauteur. Je ne le regarde même pas. Je le dépasse, et jette un oeil dans le rétroviseur. Il m'a reconnu, j'en suis sûr. Je sens les larmes couler à nouveau. Alors, je sens que je suis à bout, que continuer de rouler serait dangereux. Je m'arrête sur le bord de la route et met le frein à main. J'allonge mon siège et m'endort presque aussitôt. J'abandonne.


SUJET TERMINE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Let Me Kiss Your Ass + Erza   

Revenir en haut Aller en bas
 

Let Me Kiss Your Ass + Erza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kiss me goodbye [PV Natasha]
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» [Evenement : Festival de la Fraternité !] Erza et Jerenn : Même les grands mages se font pieger par la rune switch
» présentation de kiss me
» oh !? It's You & I ? Let me kiss you !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
…behind the veil ❞ :: ☆ 4, 3, 2, 1 Fun :: We'll try to exorcise this place-