Partagez | .
 

 ESCTA' & VAL' ► like my heart is stopping, you know, cause' of sadness?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: ESCTA' & VAL' ► like my heart is stopping, you know, cause' of sadness?   Mar 12 Mar 2013 - 17:00



Dray, it's like my heart is stopping, you know ... because of sadness ?





Les yeux volages, tournaillant dans la pièce au gré des mouvements d'une tete s'étant perdu face à des souvenirs infâmes ... Parsemant la pièce de ses larmes qui coulent peu à peu, je n'aime pas ses yeux là, je n'aime pas quand mes yeux pleures, je n'aime pas quand soudain en une minute, ma nuit se transforme en un cauchemars mais j'aime lorsque cela arrive sur le matin et que je peux tout de suite tenter de courir, les yeux imbibés de larmes, les jambes chancelantes, vers les plus grandes sources de lumières installés dans ma chambre pour à nouveau ne plus avoir peur. Ma respiration est saccadée, et ne peut s’arrêter d’être ainsi. Comme si je titubais chaque instant dans ma vie de peur qu'un de ses cauchemars reviennent. Le souffle de la peur. Je fais peur à chacun par mes souffles rapides, par mes angoisses, par ma froideur. Une fois, mon cirque matinal terminé, je peux enfin daigner aller sous la douche, passer de l'eau sur mon corps et enlever toutes traces de pleures, mais je ne pourrais jamais enlever cette peur que mon souffle traduira peut-être à jamais. En sortant de la douche, je vois que l'heure est bien avancée et que mon moment de travail devrait avoir déjà commencé, pourtant, je ne me sens pas d'y aller, mais je le dois. Les devoirs ? je dois les faire et en ce moment, je subis ce travail.

Habillée, mon rituel se poursuit. Ouvrant ma boite magique emplie de mes précieuses friandises que l'on dit ou croit illicite, chaque matin, je m'en nourrit, les oubliant parfois, mais certains diront qu'ils préfèrent quand j'oublie ce rituel là du moins, ces personnes m'entendaient. Je descend ensuite pour aller déjeuner et faire passer le tout grâce à un bon déjeuner. Je n'ai pas fin, mais je sais que je dois manger un quelques choses quand même alors je le fais. Je reprends ensuite ma route vers la bibliothèque, mon sac toujours en bandoulière qui tangue contre mes jambes frêles. Je me sens toujours faible, chaque jour, chaque matin, chaque minute comme si j'étais toujours cette enfant enfermée dans la cave, mais simplement, encore plus traumatisée par une enfance encrée en elle. Je me pose enfin à la bibliothèque, posant avec une violence incontrôlée du à mon manque de contrôle sur mon corps, une violence étrange, pas celle que tous le monde connait, un violence plus molle. Tu veux l’être mais tu ne peux pas : cette violence oui.

Les minutes passent. Je me sens chancelante, incapable de quoi que ce soit comme si mes douces friandises m'avaient étouffés alors que je n'en crois rien. Je ne le crois pas, je ne veux pas croire qu'elle en soit la cause, oui, ça ne l'est pas, la fatigue habituelle, cette fatigue naturelle que je développe d'année en année, luttant contre un stresse et une peur infinie du jour comme de la nuit malgré les joies de la vie que je ne souhaite jamais négliger. J'attrape mon téléphone, tentant un sms à mon adorée cousin même si je sais que je vais me faire disputer encore une fois, je le suppose, je n'en sais rien. je me sens pommée, c'est tout, mais je sens que ça va se calmer, il faut juste un peu plus de temps pour s'imprégner, pour s'imprégner du climat de la journée ? Oh peut-être. J'ai fais trop de chose en une heure et demi, bien trop de chose en à peine une heure alors que je sais très bien que je suis une grande stressée, que la rapidité ne me va pas au teint lorsque la nuit, les cauchemars m'ont touchés. Je pose presque ma tête sur la table tentant tout de même d'écrire quelques mots, c'est comme si, j'allais m’endormir pour rattraper mes heures de sommeil mais non, je me sens rester comme empêcher d'assouvir mon envie. Le temps semble interminable et pourtant, il doit etre bien passé car très vite, la chaleur d'un corps connu m'envahit ; Drago. soufflais-je dans un demi sommeil.

made by pandora. Avatars chastity & clumsy.


Revenir en haut Aller en bas
 

ESCTA' & VAL' ► like my heart is stopping, you know, cause' of sadness?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» Grimoire Heart
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
…behind the veil ❞ :: ☆ 4, 3, 2, 1 Fun :: We'll try to exorcise this place-